Zoom: Durabilité

Des relations clients pérennes grâce au développement durable.

EBL s’intéressait déjà au développement durable, lorsqu’il n’était pas encore à la mode. Grâce à notre esprit pionnier et d’entreprise, nous avons misé sur les sources d’énergie alternatives telles que les énergies éolienne et hydraulique et, récemment, sur les thermoréseaux bien avant bon nombre de nos concurrents.

Mais chez nous, le développement durable ne s’arrête pas à la production d’énergie, il constitue plutôt un point de départ. Il est en effet à l’origine de nos relations clients partenariales de longue date et d’un objectif commun avec nos clients: créer une valeur ajoutée pour eux et pour l’environnement en partageant des valeurs.

Découvrez en détail comment, avec le concours de nos clients, nous avons élaboré et mis en œuvre des solutions durables dans des domaines tels que l’électricité, le conseil en énergie, les télécommunications ou l’électromobilité:

Telecom

«Plus de bande passante à un prix raisonnable.»

Markus Gerber, administrateur de Kühni AG

Cela faisait quelque temps que la société de construction en bois Kühni AG de Ramsei dans l’Emmental était mécontente du rapport qualité-prix offert par son opérateur de télécommunications. Une deuxième ligne de la société EBL devait offrir une redondance et une bande passante supplémentaire. Entre-temps, Kühni AG se fie toutefois entièrement à la prestation offerte par EBL Telecom et le fournisseur Tineo AG.

En savoir plus...

En quelques années, Kühni AG est passée du statut de petit atelier de menuiserie à l’un des premiers prestataires globaux de la construction en bois en Suisse. En plus du siège principal à Ramsei, l’entreprise familiale, qui compte environ 170 collaborateurs, possède également une entreprise à Berne et une salle d’exposition à Muri près de Berne. «En tant qu’entreprise de construction en bois moderne, nous travaillons quotidiennement avec Internet. Les sites externes accèdent à notre serveur et par ailleurs, nous travaillons avec des plans électroniques et sommes passés très tôt à la téléphonie Internet. Tout fonctionne ou dysfonctionne avec la connexion Internet», explique Ulrich Kühni. Malgré une connexion en fibre optique, les collaborateurs avaient régulièrement des problèmes avec la connexion Internet. C’est pourquoi le conseil d’administration a décidé en 2015 de demander à un deuxième opérateur de poser une ligne en fibre optique supplémentaire dans l’entreprise pour assurer la redondance. Jean-Pierre Schwickerath de la société Hilotec AG, qui gère l’infrastructure informatique de Kühni AG, a alors contacté EBL Telecom. Dans les régions rurales, EBL est l’un des rares partenaires télécom à proposer la fibre optique. La plupart des autres opérateurs se concentrent sur les zones urbaines. «À l’époque, EBL a étudié différentes variantes, mais la seconde desserte du bâtiment industriel était une question complexe. Nous avons trouvé une solution passant par l’autre côté de la route. Nous avions déjà des projets d’extension de notre entreprise sur le terrain situé en face avec une construction neuve. Un nouveau bâtiment était plus facile à aménager et à moindre coût aussi», explique Ulrich Kühni.

Des retards lors de la phase de planification de la construction neuve ont entraîné le report du projet «nouvelle ligne en fibre optique». Le contexte difficile et les retards engendrés par la construction neuve ont exigé une bonne collaboration et une grande flexibilité de la part de toutes les parties impliquées. La nouvelle ligne de la société EBL est aujourd’hui en service. Le nouveau bâtiment n’est certes pas encore achevé, mais l’abonnement professionnel fonctionne. «Notre interlocuteur chez Tineo AG, Muhammet Güler, a pu nous proposer une variante d’abonnement très intéressante, qui offre une puissance bien meilleure qu’auparavant, malgré son coût réduit. L’offre de l’ancien fournisseur Internet n’était vraiment plus adaptée à la situation. Les coûts mensuels et la puissance fournie étaient sans commune mesure avec la solution EBL», explique le spécialiste informatique Jean-Pierre Schwickerath. Autre aspect positif de l’amélioration de la bande passante: un WLAN simplifie à présent la mobilité à l’intérieur de l’entreprise. L’ancienne ligne en fibre optique est à présent désactivée. Car entre-temps, la couverture mobile par la 4G est également bien meilleure à Ramsei et peut donc servir de solution de secours.

RÉSEAU

«EBL nous fournit tout prêt à l’emploi.»

Martin Jaggi, président de la coopérative Elektra Itingen

EBL est en charge de toute l’activité opérationnelle pour Elektra Itingen depuis trois ans maintenant. Le président de la coopérative, Martin Jaggi, est très satisfait de cette collaboration, notamment dans la perspective des défis futurs.

En savoir plus...

Elektra Itingen (ELI) existe depuis 1901 sous la forme d’une coopérative indépendante. Le 1er janvier 2017, ELI a externalisé toute l’exploitation opérationnelle et la gestion du réseau de distribution chez EBL. «La coopérative avait décidé de rester indépendante, mais de céder l’activité courante. Jusqu’alors, tous les travaux étaient réalisés à titre accessoire et de façon semi-professionnelle. Avec EBL comme prestataire, nous disposons depuis 2017 d’un partenaire professionnel et compétent. Cette décision était importante, mais aussi la bonne», affirme le président d’ELI, Martin Jaggi.

En tant que prestataire opérationnel, EBL se charge de pratiquement toutes les tâches: l’exploitation du réseau, la gestion des pannes, la gestion des compteurs, la facturation, la comptabilité, la réalisation de projet, la gestion des données, la gestion des nombreuses réglementations et la publication du rapport de gestion.

Le transfert a été préparé de façon intensive de part et d’autre. Ainsi, toutes les informations sur le réseau, du plan de conduites aux types de câbles, ont dû être intégrées dans l’outil de gestion de réseau de la société EBL. L’intégration des données du réseau dans les outils et processus de travail de la société EBL était essentielle pour qu’ELI puisse bénéficier de la gestion de réseau moderne de la société EBL. «Le principal défi lors de la remise étaient les schémas électriques des différents boîtiers de répartition et stations transformatrices, parce que les systèmes des sociétés ELI et EBL n’étaient pas compatibles. Au cours d’un processus complexe, nous avons cependant trouvé une bonne solution à long terme», explique Martin Jaggi.

La collaboration avec la société EBL a fait ses preuves ces trois dernières années, rapporte-t-il: «Nous nous sommes trouvés et savons qui est responsable de quoi. Les collaborateurs de la société EBL nous présentent toujours des solutions prêtes à l’emploi. Nous pouvons nous exprimer et prendre les décisions en tant que propriétaire.» Il sera encore plus important à l’avenir pour ELI de pouvoir s’appuyer sur les spécialistes de la société EBL. «Itingen connaît aujourd’hui une intense activité de construction. De nouveaux quartiers voient le jour avec 100 à 150 unités d’habitation. D’autres sections de réseau doivent en outre être assainies et notre réseau doit être renforcé, parce que l’Office fédéral des routes souhaite construire des bornes de recharge pour véhicules électriques sur les aires d’autoroute situées sur le territoire de notre commune. EBL nous élabore à cet effet une planification sérieuse du réseau cible et détermine ce qui est nécessaire et ce qui est financièrement réalisable compte tenu de nos faibles tarifs de l’électricité. La stratégie énergétique 2050 à propos de laquelle de nouvelles ordonnances sont publiées pratiquement tous les six mois serait également trop difficile à gérer pour nous dans le cadre d’une activité à titre accessoire. Nous sommes donc entre de bonnes mains chez EBL. L’entreprise bénéficie d’une assise solide et possède des spécialistes dans tous les domaines, qui nous assistent.»

COURANT

«Nous sommes convaincus par ce service.»

Martin Schaub, coordinateur de la technique du bâtiment de l’Office des constructions de Bâle-Campagne

Le canton de Bâle-Campagne exige des gros consommateurs d’énergie établis dans le canton qu’ils étudient et concrétisent des mesures d’efficience, mais il s’y astreint également. Le Service des bâtiments a déjà pu mettre à profit d’importants potentiels d’économie avec le soutien du Conseil énergétique de la société EBL.

En savoir plus...

D’ici fin 2021, les gros consommateurs devront attester qu’ils ont analysé la consommation d’énergie de leur entreprise et qu’ils ont adopté des mesures économiques afin d’optimiser la consommation. Est considéré comme un gros consommateur quiconque utilise plus de 500 000 kilowattheures d’électricité par an ou utilise plus de 5 millions de kilowattheures d’énergie pour la production de chaleur. Dans le canton de Bâle- Campagne, c’est le cas d’environ 300 unités de consommation d’un peu plus de 200 entreprises. Cela inclut des entreprises industrielles, telles que celles de Schweizerhalle, mais aussi les établissements médico-sociaux ainsi que les bâtiments administratifs. Les experts tels que les conseillers énergétiques de la société EBL peuvent apporter une aide efficace aux gros consommateurs pour répondre aux exigences du législateur, mais aussi économiser de l’argent.

En tant que grosse consommatrice, l’administration cantonale n’a pas que des motivations légales pour rendre ses bâtiments plus efficients: en 2012, le Grand Conseil a décidé d’acheter du courant issu d’énergies renouvelables pour ses propres bâtiments et installations, à condition toutefois que la moitié du surcoût soit compensée par des mesures d’efficience énergétique.

Sur la base de ce cahier des charges, l’Office de la protection de l’environnement et de l’énergie a élaboré un concept avec des projets pilotes en collaboration avec les deux grands fournisseurs d’énergie de la région. Ils devaient aider le canton à réduire la consommation d’énergie et les coûts des bâtiments choisis. À cet effet, EBL a misé sur la prestation Optimisation énergétique de l’exploitation selon le modèle Energo©ADVANCED.

«Ce service consiste à connaître précisément les installations sur place, c.-à-d. le chauffage, la réfrigération, la ventilation ainsi que les sources de consommation de courant et d’eau et à en comprendre les interactions. Il est ainsi possible de les coordonner de façon optimale et de les adapter aux besoins des utilisateurs. Nous empêchons ainsi les pertes d’énergie», explique Martin Schaub du Service des bâtiments, qui est responsable de la mise en œuvre. Les mesures dans la gestion de l’entreprise occasionnent très peu de frais, mais se traduisent par des économies d’énergie et de coûts de 10 à 15% en moyenne.

«Nous en sommes désormais à notre sixième année de contrat avec EBL. Nous sommes séduits par ce service et avons par conséquent ajouté d’autres bâtiments présentant un potentiel d’économies au projet pilote au cours des cinq dernières années. C’est le cas notamment des bâtiments du gymnase de Liestal et du complexe scolaire Tannenbrunn à Sissach ou encore de la bibliothèque cantonale. L’équipe de la société EBL est très engagée et compétente. Elle a optimisé nos installations grâce à un examen, une analyse et une réflexion précis menés conjointement avec nous», explique Martin Schaub. L’an dernier, une économie de chaleur moyenne de 18% a ainsi été réalisée par rapport à l’année précédente dans les bâtiments gérés par EBL. La consommation d’électricité a pu être abaissée de 10,6% et la consommation d’eau de 12,6%.

Deux points sont essentiels pour Martin Schaub: «L’optimisation de l’exploitation n’est pas une mesure d’économie aux dépens du personnel qui travaille dans les bâtiments. Les utilisateurs doivent se sentir bien. L’optimisation de l’exploitation n’est en outre efficace que si les concierges responsables apportent leur aide. Il s’agit pour eux d’une tâche supplémentaire. Mais nous sentons leur volonté et même une certaine ambition à réduire la consommation d’énergie d’une année sur l’autre. Ils font de l’excellent travail.»

CHALEUR

«EBL est un prestataire qu’on ne peut que recommander.»

Verena Scherrer-Nef, syndique de Bennwil

À titre personnel, Verena Scherrer-Nef est raccordée au thermoréseau Bennwil. Mais en tant que syndique, elle apprécie la bonne collaboration avec l’équipe Chaleur de la société EBL, comme lors de la modernisation de la centrale de chauffage à l’été 2019.

En savoir plus...

Au milieu des années 1990, Bennwil a créé un thermoréseau sous la forme d’une petite société anonyme. Dès cette époque, EBL en tant qu’entreprise partenaire a acquis la moitié des actions. «En 2012, la commune politique a décidé que la direction d’un thermoréseau ne relevait pas des missions essentielles de la commune et a vendu ses parts à EBL», explique l’actuelle syndique Verena Scherrer-Nef. Elle s’est installée à Bennwil avec son mari Roland en 1999. La maison qu’ils ont acquise était déjà raccordée au thermoréseau à l’époque. Verena Scherrer-Nef apprécie le confort d’un tel système de chauffage. «C’est un système zéro tracas et les deux pièces qui étaient autrefois occupées par la cuve à mazout et le chauffage au fioul nous servent aujourd’hui de cellier et d’espace de rangement. Notre maison ne possède en effet pas de sous-sol», explique Verena Scherrer-Nef. «Lorsque nous avons emménagés, nous n’étions pas sûrs que tout était bien réglé. Il a suffi d’un appel à EBL pour que quelqu’un passe», raconte-t-elle avant d’ajouter: «EBL est un prestataire qu’on ne peut que recommander.»

La collaboration était également excellente lors de la modernisation de la centrale de chauffage à l’été 2019. Comme elle commençait à dater et ne satisfaisait plus aux exigences actuelles en matière de dépollution, EBL a investi près d’un million de francs dans une centrale moderne. En plus d’une nouvelle chaudière à bois, elle a installé un filtre électrostatique qui réduit considérablement les émissions de particules et une condensation des gaz de combustion qui récupère 10% de chaleur pour le thermoréseau grâce à la vapeur d’eau contenue dans les gaz de fumée. La part des énergies renouvelables grimpe ainsi aux alentours de 90%. Un nouveau système de stockage d’énergie autorise en outre une régulation plus flexible de l’installation de chauffage, et les clients chaleur disposent rapidement d’un rendement maximal. Le positionnement du nouveau système a cependant été plus complexe que prévu. «Comme toujours quand un ancien immeuble ou une ancienne installation telle que la nôtre sont assainis, il peut y avoir des imprévus. EBL n’a pas pu mettre le système en place comme prévu, raison pour laquelle nous avons dû trouver un autre endroit ensemble. EBL a toujours été à l’écoute de nos besoins. Le conseiller communal en charge de la construction, Reto Bruhin, s’est entretenu à plusieurs reprises avec EBL. Cela a parfaitement fonctionné», indique la syndique. Au cours de l’assainissement, il est apparu en outre que le plafond de la centrale de chauffage souterraine présentait des défauts d’étanchéité. Pour éviter les dommages, EBL a fait réparer à ses propres frais le plafond, ou plus précisément le parvis de la salle communale et du bâtiment des sapeurs-pompiers, au premier trimestre 2020.

Dans le joli village rural de Bennwil, 80 bâtiments, répartis sur pratiquement tout le territoire de la commune, sont déjà raccordés au thermoréseau. Ils profitent de cet approvisionnement en chaleur écologique, confortable et sûr. À Bennwil, le raccordement au thermoréseau constitue sans doute aussi la méthode de chauffage la plus avantageuse quand on compare les coûts complets et que l’on ajoute aussi les coûts annuels d’entretien et d’approvisionnement en énergie aux investissements initiaux. Depuis 1997, le prix du chauffage à distance à Bennwil n’a augmenté que de 39%, alors que le pétrole a bondi de 173% sur la même période.

«Bämbel» vaut le détour

Le village rural de Bennwil dans le canton de Bâle-Campagne a préservé son caractère d’origine. Le centre protégé du village est d’importance nationale. Bon nombre des quelque 670 habitants font la navette pour se rendre au travail. Mais le village compte aussi plus de 200 emplois. Bennwil possède un musée du village avec des objets allant de l’époque romaine à l’époque moderne, une école, un peu d’industrie et une vie associative très active. Du 27 au 29 août 2021, «Bämbel» — le nom de Bennwil en dialecte — organisera de nouveau une fête de village après une interruption de 50 ans.